Vous êtes ici : Accueil > Actualités > La mise à l'herbe, une étape à ne pas rater !

La mise à l'herbe, une étape à ne pas rater !

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Un pâturage réussi commence par une mise à l’herbe précoce des animaux. Cela permet de faire pâturer de l’herbe de qualité tout au long du 1er cycle de pâturage. De plus, on évite le gaspillage lié à une exploitation trop tardive des derniers paddocks des prairies destinées exclusivement à la pâture

Une mise à l’herbe précoce à 300°C.

Le déclenchement de la mise à l’herbe se fait à un cumul de températures de 300°C (base 1er février). Ce cumul de 300°C correspond à la reprise de la végétation des prairies, qui se traduit par un changement de couleur de l’herbe, elle devient vert-pomme. Ce changement de couleur correspond au début de la phase de croissance de l’herbe.

Gérer la transition alimentaire.

La mise à l’herbe doit se faire progressivement, ne pas sortir les animaux à jeun. De plus il est important durant les 2-3 semaines qui suivent la mise à l’herbe, de laisser du foin à volonté au champ.

L’herbe de printemps présente une très bonne valeur alimentaire (autour de 0.95 à 1 UFL). Elle est aussi riche en eau, en azote soluble et en potassium. Au contraire, cette herbe est pauvre en cellulose, sodium et magnésium. Il est donc conseillé, quelques jours avant la mise à l’herbe de distribuer des minéraux riches en magnésium, afin d’éviter les carences responsables de la tétanie d’herbage.

Gestion du pâturage sur le premier cycle.

La mise à l’herbe peut se faire, soit sur les parcelles uniquement pâturées, soit sur des parcelles destinées à la fauche (déprimage) si les prairies uniquement pâturées ne permettent pas un stock d’herbe sur pied suffisant au printemps, il faut prévoir au minimum 30 jours de temps de repos avant le deuxième cycle de pâturage.

Il est possible de réaliser un déprimage sur les parcelles de fauche tardives. Celui-ci peut s’utiliser l’espace d’une dizaine de jours maximum afin de compléter le premier tour de pâturage.

Dans tous les cas, la fin du premier cycle de pâturage doit être terminée avant le cumul de température de 750°C qui correspond au stade épi 20 cm. Lorsque les animaux pâturent un paddock « épié », en plus du refus et du gaspillage, la fauche du refus sera inévitable. La repousse se fera attendre avec comme conséquence un manque d’herbe probable pour le deuxième cycle de pâturage.


Les chiffres clés du pâturage au printemps

· Chargement à l’herbe (Surface de Base) : 30 à 50 ares /UGB

· Nombre de paddocks par lot : 5 et plus

· Surface maximum d’un paddock : 8 ares/UGB

· Temps de séjour par paddock : 7 jours maximum

· Temps de repos ou de repousse du paddock entre deux exploitations : 30 jours


A quelle date correspond le cumul de 300°C ?

Lors de ces 5 dernières années, le cumul de 300°C était atteint en année précoce (2020) le 9 Mars à La Souterraine, le 15 Mars à Auzances et le 22 Mars à La Courtine.

En année tardive (2018), le cumul de 300°C était atteint le 2 Avril à La Souterraine, le 7 Avril à Auzances et le 16 Avril à La Courtine.

La Chambre d’Agriculture diffuse l’état des cumuls de température à partir de 12 stations météorologique réparties sur le département sous forme de Bulletin Hebdomadaire Herbe & Fourrages. Vous pouvez consultez ces Bulletins Herbe & Fourrages sur le site de la Chambre d’Agriculteur de la Creuse, ou les recevoir directement sur votre boite mail sur simple demande : alexis.desarmenien@remove-this.creuse.chambagri.fr

A lire aussiEn savoir plus