Raisonner sa fertilisation et ses amendements

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La fertilisation phospho-potassique

Les plantes prélèvent des éléments minéraux du sol indispensables à leurs croissances. Le Phosphore et le Potassium font parties des éléments nutritifs majeurs à l’origine du bon développement de la plante. Le Phosphore (P) assure la résistance de la plante et le développement racinaire. Le Potassium (K), quant à lui, contribue à la circulation de la sève et à l’assimilation des éléments nutritifs, il améliore la résistance au gel, aux ravageurs et aux maladies.

Les sols creusois de par leurs origines magmatiques et métamorphiques, sont naturellement riches en Potassium. Mais cette richesse a ses limites, car cette potasse se trouve sous forme pratiquement insoluble donc inutilisable par la plante. Toutefois, sous l’action d’agents atmosphériques et des racines, une petite fraction pourra être mise à disposition de la culture. La plante absorbe le potassium sous forme ionique K+, cette fraction du potassium est la plus fiable mais la plus variable dans le sol.

Les réserves en Phosphore et leurs disponibilités vont être très variables d’un sol à l’autre selon les interactions. De même que la potasse, le phosphore est présent sous plusieurs formes dans le sol. L’idéal étant la forme soluble d’ions phosphatés H2PO4- et HPO42-, plus ou moins assimilable selon le pH du sol. De ce fait, maintenir un bon pH (6.5) favorise l’absorption des éléments minéraux par les racines.

Il faut raisonner sa fertilisation selon la ressource disponible dans le sol et des besoins de la culture. Par exemple, les cultures comme le tournesol, le colza et la luzerne sont très exigeantes en phosphore.

La synthèse de l’ensemble des analyses de sols, toutes cultures confondues, des 10 dernières années dévoile que :

  • 40% des parcelles analysées ont une teneur en potasse inférieure à la teneur souhaitable
  • 30% des parcelles ont également des teneurs en phosphore en dessous des valeurs souhaitées.

D’où l’intérêt de faire régulièrement des analyses de sol pour adapter au mieux votre fertilisation phospho-potassique en fonction des résultats du laboratoire (bilan complet pour une quarantaine d’euros). N’hésitez pas à contacter les conseillers territoriaux de votre antenne CA23.

Contact

Conseillère Agronomie-Pédologie

Amandine SANCHEZ
Tél 05 19 37 00 31
amandine.sanchez@remove-this.creuse.chambagri.fr

L'azote

L’Azote (N) est un élément majeur au même titre que le phosphore et la potasse. Il stimule la croissance des plantes et participe principalement au développement du feuillage et des parties aériennes. Une carence en azote est visible par un feuillage vert clair ou jaune et une baisse de croissance foliaire. Les apports d’azote se font principalement à la reprise de la végétation, à partir de 200°C (base 0 au 1er Janvier). Dans nos sols sableux à sablo-limoneux, privilégiez plusieurs apports à différents stades de la culture pour limiter le lessivage.

Les doses à apporter sont fonction des objectifs de rendement et de la fourniture du sol qui dépendent du précédent cultural, de la teneur en MO du sol, des conditions météorologiques et des historiques de fertilisation organique. On peut connaître les quantités d’azote disponible pour les cultures à la sortie de l’hiver en réalisant des reliquats azotés. La chambre d’agriculture organise chaque année une campagne d’analyses, pour y participer, rapprochez-vous des conseillers territoriaux de votre antenne chambre d’agriculture.