L'évolution des pratiques agricoles face aux changement climatique

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Agriculture et Changement Climatique : la nécessité de s'adapter à des aléas de plus en plus fréquents !

De tout temps, les agriculteurs se sont adaptés aux divers aléas météorologiques. Le plus souvent, parce qu'ils ne pouvaient guère faire autrement...Or, cette capacité naturelle et spontanée de la profession trouve désormais ses limites face au Changement Climatique. Celui-ci implique des aléas plus fréquents et plus sévères, auxquels s'ajoute une dérive, désormais rapide, des conditions climatiques moyennes.

L'adaptation des pratiques agricoles au changement climatique

Afin que les agriculteurs puissent intégrer les différentes évolutions du climat dans la conduite de leur métier, voir même afin d'en tirer parti dans certains cas,  la Chambre d'Agriculture a mis en place une réflexion stratégique sur l'adaptation des pratiques agricoles face au changement climatique.

L'originalité et le caractère innovant de ce projet a résidé, dans un premier temps, sur l'observation et l'utilisation des données météorologiques de températures et de précipitations relevées sur le département depuis 1980. L'analyse statistique de ces données, réalisées sur la base d'un maillage départemental découpé en une vingtaine de zones, a ensuite permis de se projeter vers le proche futur. Puis, par l'intermédiaire d'Indicateurs Agro-Climatiques, ce projet a abordé les questions agronomiques. Ces indicateurs sont des éléments chiffrés, calculés à partir des observations ou des projections climatiques, qui permettent de suivre et d'anticiper les évolutions des cycles culturaux. Une documentation technique d'adaptation au Changement Climatique pour des cultures variées comme l'herbe, le maïs fourrage, les céréales à paille ou les dérobées, à destination des usagers agricoles a ainsi été réalisé.

Face à l'aléa climatique, quid des cultures autres que le pâturage ?

Si l'herbe est emblématique dans notre département, elle n'a cependant pas l'exclusivité des impacts du Changement Climatique en cours.

D'une manière générale et pour l'ensemble des cultures, on peut dire qu'il y aura un équilibre entre les effets pénalisants et les effets facilitants.

En effet, les stress thermiques et hydriques accrus sont pénalisants mais des démarrages plus précoces ou le raccourcissement des cycles végétatifs pourront être facilitants.

Si on observe les impacts, culture par culture, on peut dire que les dérobées seront facilitées à l'avenir par le raccourcissement du cycle végétatif de la culture qui les précède mais qu'il faudra surveiller de près l'humidité des sols au moment du semis.

Concernant les céréales à paille, la limitation du risque d'échaudage pourra se faire par une avancée du semis lorsque le risque de gel printanier n'est pas trop important, mais aussi par un choix de semence à épiaison plus précoce.

Concernant le maïs fourrage, on verra progressivement une migration des zones de culture à l'intérieur du département. D'un coté les zones d'altitude verront une diminution de la contrainte de cumul thermique tout en conservant des précipitations assez favorables à la culture.  D'un autre coté, les zones les plus basses du Nord et du Nord-Est, qui sont également les plus sèches, seront pénalisées par des stress thermiques et hydriques de plus en plus fréquents. Les exploitants agricoles qui se sentent concernés par cette évolution sont invités à entamer un dialogue avec leurs conseillers de secteur pour envisager une modification progressive de leur mode d'exploitation des espèces fourragères.

Quelle que soit la culture, il n'y aura pas de solution miraculeuse et valable pour tous mais la Chambre d'Agriculture de la Creuse se dote de moyens pour qu'il y ait des réponses adaptées à chaque type d'exploitation.

 

Comportement des espèces et variétés fourragères dans le cadre du changement climatique »

Cette étude pionnière d'adaptation des pratiques culturales au Changement Climatique , développée de 2012 à 2015, par la Chambre d'Agriculture de la Creuse a été présentée dans plusieurs colloques internationaux et elle fait désormais l'objet d'extensions territoriales vers le Massif Central (projet AP3C) et vers l'arc atlantique (projet Agri-Accept). Les déclinaisons opérationnelles se mettent en place, dans le cadre d'essais de terrain en semences prairiales et céréalières.

Dans ce cadre, la Chambre d’Agriculture de la Creuse a mis en place une plate-forme d’essai pour répondre aux problématiques suivantes :

  • Y a-t-il un intérêt à faire appel à des variétés plus précoce ?
  • Les variétés dites méditerranéennes peuvent-elles présenter un intérêt à terme dans nos territoires creusois ?

Les objectifs principaux :

  • Observer pendant 3 ans le comportement des principales espèces fourragères (RGA, Fétuque élevée, Dactyle) en relation avec les sommes de températures et les épisodes météorologiques« extrêmes »
  • Observer les reprises de végétation
  • Observer les dates d’épiaison
  • Commencer à évaluer l’intérêt de réviser les critères de choix des fourragères afin de s’adapter au changement climatique.

Pour connaître les premiers résultats de cette expérimentation, contactez vos conseillers d'Antenne.

Contact

Action Climat

Vincent CAILLIEZ
Climatologue
05 55 61 50 24
vincent.cailliez@creuse.chambagri.fr

VOIR AUSSI