Vous êtes ici : Accueil > Territoire > Antennes et GDA > Agriculture de groupe

Agriculture de groupe

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

Les GIEE de la Creuse (Groupements d'intérêt economique et environnemental)

Sur le secteur de Bourganeuf, le GIEE du Thaurion, constitué de 5 exploitations orientées en production de viande bovine, recherche l’autonomie fourragère et protéique avec des surfaces dominées par des prairies multi-espèces à base de légumineuses. Pour ce faire ils agissent sur la gestion des fourrages, de la récolte à la distribution, avec le soutien de la Chambre d’Agriculture de la Creuse et le GDA de Bourganeuf, ainsi que de nombreux autres partenaires (à citer : Arvalis, Ferme des Bordes, autres Chambres d’Agriculture ?).  Les objectifs du GIEE sont de :
•    limiter les pertes de récolte par le choix de matériel performant et adapté ;
•    identifier et trier les stocks de fourrages en fonction de la valeur alimentaire ;
•    établir un plan de rationnement précis pour améliorer l’autonomie alimentaire ;
•    améliorer l’organisation du travail sur l’exploitation.
Depuis la création du GIEE en 2015, chaque année, les essais étaient focalisés sur une étape de la fenaison : la fauche, le fanage ou l’andainage, ainsi en 2018 les essais porteront sur le pressage.

Sur le secteur de La Souterraine, la coopérative Celmar, en partenariat avec le GDA et la Chambre d’Agriculture, s’engage depuis 2017 dans un projet labellisé GIEE. Le projet « Autonomie alimentaire territoriale en soutien à l’engraissement des bovins en limousin autour de Malonze » rassemble 11 producteurs. La coopérative récupère les animaux de ses adhérents pour les engraisser sur place, à la ferme Sica Malonze. L’objectif est de remplacer les aliments achetés par des productions végétales locales pour nourrir les bovins engraissés.

Sur le secteur d’Ahun, le groupe AgroBoviZen, constitué de 6 exploitations en polyculture élevage a déposé début 2018 un dossier de candidature pour être reconnu GIEE sur une durée de 3 ans. Ces éleveurs se sont réunis autour d’un thème commun : développer sur leurs exploitations les TCS (Techniques Culturales Simplifiées ou Techniques de Conservation des Sols), tout en améliorant l’autonomie alimentaire.


Sur le secteur de Guéret, un groupe de 5 agriculteurs s’est réuni fin 2017 pour réfléchir à la création d’un GIEE. Ces exploitants, produisant notamment des céréales et oléagineux pour la vente, souhaitent diversifier la commercialisation de leurs produits. Leur projet concerne en particulier la production d’huile de colza et de farine de blé qu’ils souhaiteraient vendre localement.

Sur le secteur de Boussac, le GIEE «Agriculture de conservation en système polyculture élevage», est constitué de 8 exploitations (7 polyculteurs éleveurs et 1 céréalier). Tous les agriculteurs de ce groupe ont mis en place des itinéraires d’agriculture de conservation sur leurs exploitations. Ces pratiques sont plus ou moins abouties suivant l’antériorité de leur mise en place. Ces exploitations visent un meilleur fonctionnement du sol, une diminution des intrants et des charges, un allongement de la rotation avec introduction de protéagineux/légumineuses et de cultures de printemps et une meilleure autonomie alimentaire grâce aux méteils et dérobées. Pour ce faire, ils travaillent avec la Chambre d’Agriculture de la Creuse et le GDAR de la Petite Creuse sur :

  • La gestion de la matière organique du sol ;
  • La couverture des sols et le semis direct sous couvert végétal ;
  • La rotation et la diversité des assolements ;
  • Les coûts de production dans ces itinéraires.

Sur le secteur d'Aubusson, il y a un projet de GIEE SAS Saint Martial, l'objet étant la valorisation du digestat et le développement de l'autonomie des exploitations. 

Les groupes 30 000

Sur le secteur de La Souterraine , un groupe d'agriculteurs, engagés dans la MAEC finition, s'était constitué pour travailler sur la réduction de produits phytosanitaires et les solutions alternatives. A partir de ce groupe, 17 exploitations ont décidé de se réunir pour déposer leur dossier à l'appel à projet du groupe des 30 000, issu du plan Ecophyto II . Ainsi, depuis fin 2017, ils font partie des 30 000 pour une durée de 3 ans afin de faire face aux problématiques agroécologiques et aux récentes actualités comme la future disparition du glyphosate.
L'objectif est de réduire les produits phytosanitaires en travaillant sur plusieurs essais : mélanges de variétés de céréales, travail du sol (binage, désherbage mécanique, etc).
Christophe LAVILLE est chargé d'accompagner individuellement et collectivement ce groupe. Des formations seront également mises en place pour appréhender les trois volets : économique, social et environnemental.

Les GIE (Groupement d'intérêt économique)

Le GIE des Blé d'Evaux

Dans le but de mieux valoriser leur culture un vingtaine de producteurs de blé du plateau d'Evaux se sont regroupés au sein d'un GIE en 2004. Aujourd'hui, c'est environ 250ha qui sont conduit dans le cadre d'un cahier des charges spécifique qui permettent de fabriquer la farine pour "La Limousette". Ce groupe d'agriculteur gère la mise en place de la culture, du semis à la récolte, le stockage et la commercialisation. Cette année, le groupe va travailler sur les coûts de production pour analyser les différentes pratiques et optimiser les intrants.

Mise en place du GIE du Pays Auzançais

Dans le but de valoriser la viande locale (bovine, ovine et porcine) en minimisant le nombre d'intermédiaires, dix neuf exploitations agricoles du canton d'Auzances se sont regroupées en GIE pour proposer la vente de viande.

Sites utiles